Pas de fusion EV-VF 18

24 mars 2014 - 07:00

Retour sur le projet de fusion

Les licenciés de l'Églantine Vierzonnaise se sont largement prononcés pour la fusion (72 % sur 162 votants). Au Vierzon Foot, le projet a été rejeté (51 voix pour, 68 voix contre). Le club de Jacques Roux en ressort divisé.

De nombreuses réunions, une belle présentation, des échanges intéressants, une adhésion populaire autour du projet, avec trois cents personnes réunies au Centre de Congrès de Vierzon…

Le groupe de travail, composé de Mounire Lyame, Cédric Poupat et Jacky Vigneron (VF), de Christophe Preel, Dominique Vazquez et de Nathalie Couraud (EV) a vraiment bien bosser. Rached Aït Slimane a également porté et soutenu le projet, appelant ses licenciés à le valider. Son homologue du VF, Jacques Roux, a préféré rester en retrait, sans donner officiellement la moindre consigne de vote.

C'est sûrement ce qui a fait la différence, entre une Églantine qui s'est prononcée majoritairement pour la fusion, et un VF partagé (42,8 % pour, 57,2 % contre) qui a finalement rejeté l'union.

Est-ce une fin en soi ? Probablement pas. La question d'une entente chez les jeunes doit être soulevée. Le partage des installations, et le niveau de subvention, seront reconsidérée au niveau municipal. Le VF risque gros et ressort divisé. Surtout, le foot vierzonnais s'est dessiné un avenir plus petit qu'à Gueugnon (8.560 habitants, CFA2) ou Romorantin (18.000 habitants, CFA).

les réactions

Christophe Preel (vice-président de l'Églantine, membre du groupe de travail). « Forcément déçu. Mais pas abattu ! 42,8 % des licenciés du Vierzon Foot se sont exprimés pour la fusion. C'est un résultat qui laisse de l'espoir. Il faut travailler avant tout pour la jeunesse, en ayant en tête cette réforme des championnats. On doit réfléchir à présent sur une entente des clubs vierzonnais pour proposer aux jeunes, de l'Églantine, du Vierzon Foot, mais aussi de Chaillot, de jouer ensemble. Ça pourrait poser les bases d'une fusion qui viendra plus tard. Je tiens à dire que j'ai eu énormément de plaisir à travailler sur ce projet avec les personnes du VF ».

Rached Aït Slimane (président de l'Églantine). « Déçu du résultat. Mais satisfait de la confiance que m'ont accordé mes licenciés. Une adhésion à 72 % au projet de fusion, c'est énorme. On sent un réel engouement autour du foot vierzonnais dans son ensemble et pour construire un club qui rassemblerait tout le monde. Après, je ne comprends pas. Je ne trouve pas les raisons qui ont poussé certains à faire campagne contre la fusion. Je ne vois pas ce qui bloque. Je voudrais savoir pourquoi il y a eu campagne contre. Sur le vote du VF, je retiens que près de 43 % voulaient la fusion. On ne manquera pas d'ouvrir le dialogue avec eux. On ne lâchera pas ! ».

Jacques Roux (président du Vierzon Foot). « Au sein du Vierzon Foot, les avis sont partagés. La fusion a été refusée pour dix-sept voix seulement. Je n'ai pas souhaité donner de consigne de vote et laisser le libre arbitre aux adhérents du club. C'est un résultat démocratique. J'ai entendu des choses inacceptables à l'issue du vote. Je suis vraiment déçu par ses réactions. On va certainement se réunir en AG extraordinaire pour prendre en compte les résultats de cette élection. On ne peut rester sans réactions face à de tels propos, il en va de la survie de notre association ».

Mounire Lyame (arbitre membre du comité directeur du Vierzon Foot et du groupe de travail). « J'ai l'impression d'avoir été dupé. Le président du VF et certains membres du bureau nous ont laissés croire qu'on pouvait travailler sur la fusion alors que son sort était déjà scellé. Notre projet n'a pas été porté par notre président. Il s'est déclaré en retrait. Mais, dans l'ombre, il a milité contre. Je reste serein pour l'avenir. Une nouvelle équipe portera ce projet. Ça finira par aboutir, c'est inéluctable ».

Cédric Poupat (responsable préformation au Vierzon Foot et membre du groupe de travail). « Le résultat est décevant. Mais je reste motivé ! J'ai le sentiment que la démocratie a été respectée sur la forme. Pas dans le fond puisqu'au VF, le président et des membres de l'encadrement technique ont fait du lobbying auprès des joueurs pour les convaincre de voter contre. Le VF, c'est 390 licenciés. Seulement 58 personnes ont fait capoter le projet… Mais ce n'est pas fini. On ne va pas abandonner. Sans fusion, il faut avoir en tête que Vierzon disparaîtra, à terme, de la plus haute scène régionale. On a besoin de l'Églantine. L'Églantine a besoin de nous. La prochaine réforme des championnats des jeunes va bouleverser les choses. Il faut s'unir pour s'y adapter. Ce projet concerne la jeunesse. C'est l'avenir ».

Arnaud Hervé

Commentaires

gege1836 27 mars 2014 18:21

Le mariage pour tous des footeux de Vierzon a fait l'objet d'un rejet du club le plus important (sauf parmi les votants...) Cette décision va inévitablement laisser des traces dans vos rangs aussi je souhaite que la plaie se résorbe rapidement et sainement. A vous de réussir ce virage pour le bonheur de vos licenciés . PS: Thierry V: on a besoin de toi.